la flamme éternelle

forum destiné au joueur du GN warhammer champ de bataille qui veulent etre bretonnien.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 histoire de la couronne de sorcelerie

Aller en bas 
AuteurMessage
Elphaar
Admin
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 33
Localisation : NANTES

MessageSujet: histoire de la couronne de sorcelerie   Mer 5 Aoû - 0:20

« Les Parias de la Couronne »
(Bretonniens déchus et Elfes Sylvains)
Général :
L'an de grâce 2515, sous le règne de Louen coeur de lion, a eu son lot de victoire mais aussi
de drames. Le danger imminent qui menace aujourd'hui toute la Bretonnie est né à l'été de
cette année en baronnie de Montfort au pied des montagnes grises.
Suite au décès du baron Guywen de Montfort, tué par le terrible chef de guerre Orque
Gorfat, du clan du Crâne Cornu, la petite baronnie se retrouve sans autorité face aux hordes
d'orques déferlant sans relâche des monts d'Orquemont.
(Début des évènements du GN « la Couronne n’est pas au Roi »)
Afin de trouver un nouveau régent à ses terres, la baronne de Montfort organise un tournoi
de chevalerie. Le duc Bohémond de Bastogne ainsi que nombre de ses chevaliers répondent
présent.
Alors que les chevaliers luttent pour le prix, le clan du crâne cornu d'Orquemont trouve du
renfort chez le clan de la Lune Rouge venu de l’est. Alfricht Bleich, un odieux sorcier
fuyant l'Empire, s'acoquine à cette nouvelle Waaagh Orques. S'allier à des peaux vertes est
devenu le seul recours à ce sombre personnage ; un régiment impérial du Coeur Ardent le
piste depuis Altdorf et pour cause ... Bleich y a dérobé, au grand temple de Sigmar, le plus
puissant artefact connu du Vieux Monde : La Couronne de Sorcellerie !!! Quiconque portant
cet objet acquiert toutes les capacités magique d'un puissant nécromant et peut concevoir une
armée de mort-vivant en une nuit !!! Sans savoir ce qui se trame si près d’eux, les Bretonniens
bataillent pour le prix du tournoi. Le duc de Bastogne l’emporte au grand damne de tous. Il
est vrai que beaucoup avait maille à partir avec le cruel Bohémond. Alors que tous s'attendent
à voir le duc prendre l'armée de Montfort en main pour régler une fois pour toute, le
problème Orques, celui-ci reste étrangement inactif, laissant pourrir la situation, tentant même
de chasser le régiment impérial pour qui il n'éprouve que de la haine. Leur histoire de chasse
aux sorciers ne semblant guère le convaincre. C'est de la bouche d'une prêtresse de Véréna,
déesse de la vérité et de la justice, qu'éclate la vérité : L'infâme Duc de Bastogne appelé aussi
"Le fléau des Bêtes" a pactisé, depuis de nombreux mois, avec le clan du Crâne Cornu !!!
Il convoite, depuis de nombreuses années, la Baronnie de Montfort, terre si proche de
l'Empire qu’il déteste plus que tout ; il avait fourni armes et vivres au clan de peaux vertes
pour qu'il persécute Guywen et ses vassaux. Il avait même proposé énormément de vivres si
elles parvenaient à tuer le Baron de Montfort !!!
Un chevalier ayant la qualité d'émissaire du roi est nommé pour juger le Duc mais, avant
même que le verdict ne soit prononcé, le Duc désarme son juge et se suicide. Tous sont
sidérés, surtout les chevaliers de Bastogne qui voient en ces actes un vil complot Impérial ;
la présence des templiers du Coeur Ardent attestant leur théorie saugrenue. C'est à cet instant
dramatique que la Waaagh Orques, alliée à Bleich, attaque le village voisin de Chaumont !
Les chevaliers dépassés et sans leader font retraite au fort où la Baronne de Montfort a établi
ses quartiers y invitant les impériaux qui ont combattu à leurs cotés. Malgré l'urgence de la
situation celle-ci tient à finir son entretien avec un sombre chevalier errant : Ganeron de
Moussillon. Ce répurgateur, ex-général déchu au service du roi, a lui aussi suivi la trace
d'Alfricht Bleich depuis qu'il a mis les pieds en Bretonnie. La Baronne catapulte, à la grande
surprise de tous, Ganeron général de l'armée de Montfort. Celui-ci, vue l'urgence de la
situation, prend en main les troupes avec rigueur et discipline y incluant toutes personnes
susceptibles de se battre, proposant même une alliance spontanée au régiment Impérial.
Sigismund Von Flesher, le prêtre de Sigmar, dirigeant la troupe impériale, accepte bien
volontiers.
Au petit matin, l'armée de Ganeron dit « le Boucher » de Moussillon reprend le village de
Chaumont aux Orques. Sigismund affirme que Bleich a été blessé pendant la et que
la couronne a quitté sa tête. Les orques s'en sont emparés. Les Bretonniens et Impériaux
poursuivent avec acharnement les orques en fuite et les engagent une ultime fois aux portes de
Chaumont. La bataille est violente et brutale. Les Orques sont décimés au trois quart et
Bleich est tué par les Impériaux. Hélas, Métark, seigneur de guerre de la Waaagh, parvient à
fuir avec la couronne et quelques Orques. Sigismund et les templiers du coeur Ardent
accusent les chevaliers de Bastogne de les avoir chargés dans le dos, en plein coeur de la
bataille. L'esprit plein de rancoeurs, les Impériaux partent dés le lendemain, sur la trace des
Orques droit sur les montagnes grises.
La Baronne Claudia de Montfort et Ganeron de Moussillon partent conter ce drame à la
cour du Roi, Louen Coeur de Lion. Malgré l'insistance du Boucher, ce dernier refuse de
partir à une quelconque chasse à la couronne. Il est vrai qu'engager une armée dans les
montagnes grises si prés de l'hiver est trop risqué. Le Roi décide donc d'attendre le printemps
pour y poster une armée qui a pour but, d'empêcher un quelconque retour de ces Orques en
Bretonnie. Après tout, l'Empire n'a qu'à s'en arranger seul. Il est vrai que les Impériaux ont
déjà eu maille à partir, il y a deux ans, avec un orque portant cette même couronne : Azagh le
Massacreur. Pour le Roi Louen Coeur de Lion ce problème ne concerne en rien les
Bretonniens.
Le premier chevalier de Montfort, Tristan de Ronce, ne l'entend pas de cette oreille et en fin
d'hiver, mène toutes les forces qu'il peut trouver dans les montagnes grises, pour chasser de
l’Orque. Au début du printemps, dans le défilé de la hache, il trouve Métark, la couronne et
la nouvelle Waaagh Orques qu'il a rassemblé ! Les Bretonniens se font taillés en pièces, Sir
de Ronce se fait capturer et peu reviennent de cette tragique défaite. Tous les témoignages
indiquent que Métark n'a même pas eu recours aux pouvoirs de la couronne pour gagner cette
bataille, les simples forces de sa nouvelle armée y ont suffi amplement.
(Fin des événements du GN « la Couronne n’est pas au Roi »)
En plein coeur de Guisoreux, l'armée de Ganeron en marche est rejointe par Cassandra
Malivaine, élève de l'enchanteresse de Bretonnie Morgianna la fée, ainsi que par Sir Yves
de Salmont (célèbre chevalier de Montfort) et ses chevaliers de Montfort. Cassandra conte
qu'elle a participé à la bataille du défilé de la hache avec l’armée de fortune de Sir de Ronce
et qu'elle a rencontré dans sa fuite un étrange clan orques aux coutumes étonnamment
Bretonnienne !!! Ces orques partent rejoindre l'armée de Métark déjà puissante dans le but de
les convertir dans leur foi étrange. Ces peaux vertes s’appelant elles-mêmes les Bretorques,
n'ont montré aucune forme d’agressivité vis-à-vis de Cassandra. Elles l'ont même traité
comme une invitée de marque. La magicienne pense qu'il est possible de négocier avec de tels
individus.
Au printemps 2016, l'armée du roi dirigée par le général Ganeron de Moussillon installe son
campement dans la vallée d'Hubster, en plein coeur des montagnes grises, bien décidé à
barrer le passage à tous gobelinoïdes voulant poser le pied en Bretonnie. Le Roi réclame par
la même occasion l'annexion de la vallée d'Hubster et de toutes les terres se trouvant entre
elle et la Bretonnie, ainsi les Impériaux devront dans l'avenir se justifier de leurs présences
dans ce secteur.
(Début des événements du GN de « l’appel de la couronne »)
L’armée Bretonnienne prend tout d’abord contact avec les autochtones de la vallée de
L’Hubster : Le druide Kalaos le vert et sa troupe de fidèle qui se montrent assez revêches à
l’idée que leur terre appartienne au royaume de Bretonnie.
Une troupe Impériale dirigée par Sigismund Von Flesher, de retour et toujours en quête de la
Couronne de Sorcellerie, prend contact avec les envoyés du Roi Louen Coeur de Lion. Ces
derniers cherchent assurément à voler ces terres à la Bretonnie et aucun accord ne peut être
conclu.
Il est annoncé à l’Empire qu’il n’est pas le bienvenu en Hubster, terre Bretonnienne de
surcroît et qu’il doit s’en retourner chez eux s’il veut éviter tout conflit…
Hélas le prêtre fanatique Sigismund ne l’entend pas de cette oreille…
Une troupe d’Elfe Sylvain, le clan Equos, de passage dans la région, rentre elle aussi en
contact avec l’armée Bretonnienne, leur annonçant qu’elle est présente pour contrer les forces
maléfiques qui se réunissent en Hubster…De nouvelles priorités s’imposent rapidement : Les
éclaireurs Bretonnien apprennent que le terrible nécromant Kemmeler a été vu dans les
montagnes grises. Retrouver la maudite relique avant Kemmeler devient donc une priorité
pour Ganeron.
Pendant ce temps, l’Empire croise la route de la WAAAAAGH Orque de Métark, portant la
terrible Couronne de Sorcellerie mais se trouve contraint à la déroute face à la puissante
armée de peaux vertes.
Finalement, l’Empire quémande l’aide de la Bretonnie pour combattre Métark. Les
bretonniens du « boucher » et la troupe de Lotar de Jor (une troupe indépendante de
répurgateurs pourchassant Kemmeler) acceptent l’alliance.
Les Elfes Sylvains ayant d’autres occupations plus occultes ne prennent pas parti.
Au grand étonnement de tous, « les Bretorques », ces étranges Orques en armure de
chevalier, viennent prêter allégeance à Dame Malivaine annonçant que Métark et sa
WAAAAGH ne sont que des primitifs sans honneur, et qu’ils ne peuvent se résoudre à une
alliance avec eux. L’enchanteresse insiste auprès de Ganeron et des chevaliers Bretonniens
les plus revêches pour que les Bretorques soient acceptés dans les rangs des bretonniens !
Même si le Boucher s’y oppose violemment, préférant voir ces maudits Orques mort que
dans ses rangs, il doit céder face à l’autorité de l’enchanteresse.
Les Impériaux prennent, eux aussi, très mal l’arrivée de ces nouveaux renforts, en criant à
l’hérésie. N’étant pas en position de négocier, ils doivent accepter la présence des Bretorques
dans la toute fraîche alliance humaine.
L’armée des hommes se prépare à une sanglante bataille. Mais ce que nul n’a prévu, c’est que
Kemmeler profite du chaos ambiant pour faire son apparition et rallier les peaux vertes.
Les troupes humaines sont contraintes à la déroute face à la WAAAAAGH allié aux morts
vivants du nécromant. Plus tard, un groupe de bretonniens et de Bretorques surprend les
troupes de Métark aux abords de la vallée, sans aucune trace du puissant nécromant. Il
engage les monstres au combat. L’Empire surprend la fin des velléités et Sigismund lance ses
templiers contre l’armée fatiguée de Métark. Cette ultime charge est fatale au puissant
Métark qui meurt des propres mains du valeureux chevalier Yves de Salmont.
Durant ce temps, l’armée de Kemmeler prend de l’ampleur. Stopper le nécromant devient
une priorité.
L’ultime solution vient des Elfes et du Druide Kalaos le Vert. Ils affirment posséder un rituel
magique capable de détruire Kemmeler !
Une nouvelle alliance se forme entre Les Bretonniens, les Elfes, les répurgateurs de Lotar de
Jor et même l’Empire, en dépit de la présence des Bretorques, alliance ayant pour seul but
de détruire Kemmeler et son armée de morts vivants.
L’enchanteresse Malivaine fait grincer encore les dents des plus intégristes, en
recommandant d’accepter dans leurs rangs des Orques de la meute de Métark qui souhaitent
(soit disant), suite à la mort de leur chef, se convertir à la religion de leurs frères Bretorques
et combattre le nécromant. Dans un cri de guerre qui fera vibrer l’Hubster durant de longues
années, l’Alliance charge les immondes squelettes de Kemmeler qui plient sous la bravoure
de tels combattants. De puissants guerriers Elfes (des danseurs de guerre) se lancent à la
poursuite du nécromant, et, dans la vallée de l’Hubster, ne tarde pas à résonner la grande
nouvelle : Kemmeler a finalement été détruit !!
Les Peaux vertes de Métark qui étaient dans les rangs de l’alliance ont fuit, en plein milieu
du combat, mais non sans avoir volé des pierres magiques importantes aux Elfes et au Druide
Kalaos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bretonien.forumactif.org
Elphaar
Admin
avatar

Messages : 115
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 33
Localisation : NANTES

MessageSujet: Re: histoire de la couronne de sorcelerie   Mer 5 Aoû - 0:20

Néanmoins, l’armée des morts a été détruite et les gobelinoïdes éparpillés. Durant le repos
bien mérité de l’alliance humaine, un terrible ennemi intérieur se dévoile ! Les membres de la
secte de la bougie de l’homme mort, des alliés du défunt Alfricht Bleich, infiltrés parmi
toutes les forces en présence en tant que médecins, prennent le temps de se réunir et préparent
leur revanche. Et quelle revanche : au petit matin, ils attaquent le camp des Elfes et
s’emparent de la Couronne de Sorcellerie !! Oui, depuis le début, la véritable couronne est
aux mains des Elfes ! L’Empire, à la mort de Métark, n’en a récupéré qu’une simple et
grossière copie !
Le Clan Equos explique qu’il avait dérobé l’artefact à Métark à la fin de l’hiver, par un
heureux concours de circonstance et qu’il attendait une bonne conjoncture astrale pour
incanter un puissant rituel qui devait détruire la couronne à jamais.
Les Membres de la secte équipés de la couronne et accompagnés d’une nouvelle armée de
morts vivants, poussent l’alliance à se reformer une fois de plus pour détruire ces immondices
et récupérer la couronne. Et à nouveau, les armées s’affrontent. Les morts-vivants s’allient
aux peaux vertes. Dans le tumulte de la bataille, arrive ce qui doit arriver : avant même qu’il
ne soit permis à quiconque d’approcher le porteur de la couronne, les fourbes peaux vertes,
des gobelins, se retournent contre la secte et fuient avec la couronne, annihilant l’ensemble
des morts vivants.
La région est fouillée… en vain. Les gobelins ont disparu sans demander leur reste. Avec eux,
disparaît l’espoir de retrouver la couronne… L’Empire, sous les ordres de Sigismund, rendu
fou par les derniers évènements, accuse le reste de l’alliance de trahison et de pactiser avec les
monstres. Il ose même revendiquer la région de l’Hubster, attestant leurs dires avec un faux
document et veut abattre par la même occasion les Bretorques.
Ganeron semblant porter du crédit à ces revendications tente de les résonner et leur demande
de repartir pour l’Empire.
Sigismund hurlant à l’hérésie ordonne la charge de tous les autres partis en présence,
Bretonniens inclus !
Le général Ganeron tente d’empêcher le conflit mais les armes prennent le pas sur la
parole…
C’est un massacre pour l’Empire qui entraîne la mort du prêtre guerrier Sigismund Von
Flesheur et de beaucoup de ses hommes.
Ganeron est fortement touché par la mort du prêtre et déclare que la mort d’un tel homme est
une perte pour l’humanité, qu’il a sans doute raison, que ces Bretorques ne méritent que la
mort, et que Kalaos le vert et les siens sont soupçonnés d’entretenir des rapports plus que
douteux avec une horde de gobelins de la nuit vivant en Hubster.
Il ordonne la mise à mort des Bretorques, ce que beaucoup de chevaliers trouvent juste.
Malivaine s’interpose leur permettant de fuir.
Kalaos et les siens sentant le vent tourné s’éclipsent discrètement eux aussi.
Ce qui reste de l’armée Bretonnienne et de l’alliance se sépare en deux : d’un côté Ganeron
et ce qui reste des répurgateurs de Lotar de Jor, et de l’autre, l’enchanteresse, Yves de
Salmont et les autres chevaliers Bretonniens.
Face à cette mutinerie, Ganeron et sa troupe s’enfoncent dans les montagnes grises à la
poursuite des gobelins pour mettre la main sur la couronne. Personne ne les a revus depuis…
Le reste de l’armée Bretonnienne sous les ordres d’Yves de Salmont s’installent de manière
plus durable dans la région. Le clan Equos fait de même affirmant que leur mission ne
prendra fin que lorsque la couronne de sorcellerie sera en sécurité.
(Fin des événements du GN de « l’appel de la couronne »)
A la fin de l’été, plusieurs troupes Bretonnienne viennent renforcer l’armée en place de Sire
de Salmont. L’enchanteresse Malivaine s’en retourne à Couronne avec une escorte de
chevalier pour y présenter le rapport des derniers évènements en Hubster au roi ainsi qu’à sa
maîtresse Morgianna la fée.
L’hiver 2516/2517 est très rude dans les montagnes grises, ce qui rend la chasse aux gobelins
presque impossible. La couronne ne refait pas son apparition ce qui est plutôt de bon augure.
Il apparaît évident aux yeux du clan Equos que les gobelinoïdes qui composent l’ancienne
horde de Métark se sont séparés en deux factions désorganisées : les gobelins qui restent
introuvables et les Orques qui rôdent dans les montagnes grises.
En fin d’hiver, les éclaireurs Elfes rapportent une nouvelle inquiétante : Les Gobelins sont
beaucoup plus nombreux que ce que l’on peut imaginer et se cachent dans des galeries
souterraines en Hubster même ! Les survivants gobelins de l’ancienne WAAAAAGH de
Métark ont trouvé alliance avec une meute de gobelin de la nuit résidant depuis de longues
dates dans la région.
C’est au cours du printemps 2517 qu’une fort mauvaise nouvelle est apportée par un courrier
royal à Sir de Salmont : Le Roi Louen a reçu un rapport écrit et alarmant de Ganeron de
Moussillon.
Celui-ci fait part de l’alliance des Bretonniens avec des orques ! De la rébellion de l’armée
Bretonnienne vis-à-vis de son autorité. Il affirme que l’armée, devenue celle de Sir de
Salmont, a sombré dans l’hérésie !
Même si le roi semble satisfait du démantèlement de la WAAAAAGH Orque et du retrait des
forces Impériales de l’Hubster, il exige le retrait des ¾ de l’armée Bretonnienne présente en
Hubster et la mise aux arrêts de Sir de Salmont et de son état major, en attendant de plus
amples explications de leur part !
Sir de Salmont est terrassé par cette nouvelle. Au-delà de son propre devenir, il devine bien
que si l’armée présente en Hubster doit perdre les ¾ de ses forces, cela laisse carte blanche
aux gobelinoïdes d’user de la couronne de sorcellerie comme bon leur semble !
Le puissant mage Elfe du clan Equos, Lorandiril, lui confirme ses doutes : si plus personne
ne veille sur l’Hubster, le fléau qu’est la couronne de sorcellerie déferlera en Bretonnie avec
son lot de morts-vivants et de désolation !
Le général Yves de Salmont doit prendre la décision la plus dure de toute sa vie. Il décide de
ne pas suivre l’injonction de son roi et de poursuivre sa quête de la couronne !
Les troupes refusant son autorité (à juste titre) partent rejoindre Couronne (la ville pas
l’artefact) avec Sir Armant d’Aquitaine, un preux chevalier du Graal, qui a pour mission de
convaincre le roi de la bonne foi et des bonnes intentions de Sir de Salmont.
Les décisions sont prises, et en attendant, l’armée Bretonnienne présente en Hubster ne
représente plus les intérêts du royaume.
Ses membres sont devenus « les Parias de la Couronne » !
La présence des orques se fait sentir de manière plus piquante au courant du printemps. Ils
semblent rechercher quelque chose dans la vallée, envoyant plusieurs troupes d’éclaireurs
Orques fouiller les recoins boisés les plus sombres.
Les gobelins sortent enfin de leur retraite eux-aussi, harcelant dès qu’ils le peuvent l’armée de
Sir de Salmont.
Les éclaireurs elfes rapportent même qu’ils ont vu des gobelins (accompagné de puissants
trolls) affronter une troupe d’Orque !?
Ceci confirme que les peaux vertes sont bien divisées. L’Orque dénommé Gorfat semble
diriger la WAAAAGH et un shaman Gobelin nommé Malgosh (le second de l’ancienne
WAAAAGH de Métark), dirige, lui, l’armée de Gobelins.
Une autre nouvelle dramatique vient compléter le tableau. Vers la fin du printemps, une
armée Impériale importante est vue, traversant le défilé de la Hache. Elle se dirige tout droit
vers la vallée d’Hubster !
Il est évident, vu les événements passés, qu’aucun accord ni alliance n’est envisageable avec
l’Empire…
(Début du de Bataille « la couronne de sorcellerie »)
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Parties en présence :
Les Lames de Montfort :
Ces chevaliers et hommes d’armes, fidèles au général Yves de Salmon, sont des vétérans
accomplis et ont suivi cette aventure depuis son commencement. Ils ont pleinement
conscience de l’importance capitale de leur mission, pour toute la Bretonnie et le reste du
vieux monde même…
Les Chevaliers du Royaume :
Bon nombre de ces courageux chevaliers et hommes d’armes venant de tout le royaume est
présent dans les rangs du général Yves de Salmon depuis l’année dernière (sous la demande
même du roi Louen) et a bien conscience de l’importance de sa mission. Le charisme de leur
général et la gravité de la situation ont mis ces hommes en conflit vis-à-vis de leur propre
royaume, de leur propre roi. Ils se sont nommés eux même « Les Parias de la couronne » et
servent de garde rapprochée au général et au reste de l’état major. Ils savent aujourd’hui que
pour redorer leur blason, ils devront, cette fois-ci, vaincre sans aucune possibilité de retraite !
Les Elfes du Clan Equos :
Le clan Equos habite les landes miroitantes et est en charge de prévenir les potentielles
incursions dans la forêt de Loren par les ennemis des elfes.
Au printemps 2516, alors qu’une troupe du clan, dirigée par le puissant Mage Elfe
Lorandiril, patrouillent dans les montagnes grises, ils trouvent Métark et sa Waaagh. Ils sont
mêmes témoins du vol de la couronne étrange qu’il porte sur la tête. Un archer du Clan
parvient à tuer le fuyard orque et à rapporter la couronne à Lorandiril.
Le mage annonce que l’objet est un puissant artefact nécromantique, l’un des artefacts les plus
puissants et les plus nuisibles du vieux monde ! Il annonce aussi qu’il pense pouvoir le
détruire avec l’aide d’un vieux cercle de pierre elfique se trouvant dans la Vallée de
l’Hubster, au coeur des montagnes grises. Il ne leur reste plus qu’à se rendre sur place et à
attendre la bonne conjoncture astrale.
Le reste de l’histoire, tous la connaissent (voir § « général ») hormis le fait que la couronne
est quasi indestructible et que cette idée de cercle de pierre et de rituel a été soufflée par la
couronne même à Lorandiril ! Ce rituel biaisé aurait augmenté les pouvoirs de l’artefact !
La sagesse du mage elfe déjoue le mensonge et le rituel de « l’appel de la couronne » n’a pas
lieu.
Néanmoins à ce jour, la couronne est encore aux mains des peaux vertes, des Gobelins cette
fois-ci ! Les elfes du clan Equos se joignent à l’armée renégate de sir Ive de Salmond pour
récupérer la couronne et la mettre en sécurité !
Sir Gontran et les Pèlerins du Graal :
En fin d’hiver 2516, l’armée de fortune de Sir Tristan de Ronce (1er chevalier de Montfort),
pourchassant la horde de Métark dans le défilé de la hache, est défaite et peu d’hommes
peuvent fuir le massacre. Sir de Ronce ainsi que quelques hommes d’armes et gueux
fraîchement recrutés chez les paysans de Montfort, sont capturés par les Orques.
Ils subissent d’atroces conditions de détentions et diverses tortures et sévices de la part de
leurs geôliers. Sir de Ronce commence même à délirer gravement sur le saint graal en fin de
printemps. Dans la plus profonde détresse et le désarroi le plus total, les captifs survivants se
rattachent à ces délires, et tous sont persuadés que le preux chevalier (devenu fou) a eu une
vision du saint Graal durant sa captivité.
Au courant de l’été 2516 un régiment Bretonnien dirigé par Sir de Salmont arrache les
captifs des mains des orques. Sir de Ronce affaibli et moribond (et complètement fou), meurt
dans la bataille qui s’en suit. Les quelques hommes d’armes et gueux libérés en même temps
que lui s’en trouvent traumatisés, emmenant avec eux la dépouille « du saint » Sir de Ronce.
Cette pauvre troupe n’ayant plus toute sa raison, cultive la voix de « la Quête inachevée de Sir
de Ronce », la quête du saint Graal ! Ils deviennent des Pèlerins du Graal !
Au printemps 2517, ces Pèlerins, portant les restes de Sir de Ronce dans un reliquaire,
marchent en procession aux alentours de l’Hubster. Ils sont attaqués par une petite troupe de
gobelin. Sir Gontran, valeureux chevalier de Montfort, accompagné de ses hommes, patrouille
dans le secteur. Il leur vient en aide et chasse les assaillants. Les Pèlerins reconnaissent en lui
leur sauveur mais aussi leur guide !? Ils décident donc de le suivre contre vents et marées,
persuadés que lui seul est en mesure d’achever la Quête de Sir de Ronce !???
Le pauvre Sir Gontran a beau tenté de les en dissuader et même de les chasser, ils ne le
quittent pas d’un pouce. Ainsi naît le régiment de Sir Gontran et des Pèlerins du Graal ! (Qui
donnera naissance à de nombreux sujets de plaisanterie de la part du reste des Lames de
Montfort…)
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bretonien.forumactif.org
 
histoire de la couronne de sorcelerie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Histoire] De la symbolique héraldique
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la flamme éternelle :: régiment bretonien :: composition du régiment-
Sauter vers: